Index - FAQ - Rechercher - Membres - S’enregistrer - Messages Privés - Connexion - Contact
PECHE RAISONNEE

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Black Bass Maroc (BBM) Index du Forum -> Le monde de la pêche -> Le No-Kill au Maroc
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
kazimbass


Hors ligne

Inscrit le: 02 Avr 2010
Messages: 686
Localisation: FRANCE / MAROC
Masculin Verseau (20jan-19fev)

MessagePosté le: 23/05/2010, 18:25    Sujet du message: PECHE RAISONNEE Répondre en citant

UNE PÊCHE RAISONNEE


PUISER SANS EPUISER, un impératif pour sauvegarder l’avenir

Les populations de la plupart des carnassiers sont en nette régression. Face à cette situation, et même s’il est aussi nécessaire de développer des réponses positives de long terme (qualité de l’eau, frayères…) qui demanderont beaucoup de temps, il paraît indispensable et urgent que chacun adopte un comportement responsable visant à préserver les ressources.

Compte tenu de la situation actuelle, conserver l’ensemble de ses prises est désormais une attitude profondément égoïste et irresponsable. Dans la plupart des milieux naturels publics, les populations de carnassiers ne sont plus en mesure d’absorber une pression de pêche aussi forte et qui s’accompagne trop souvent d’un prélèvement systématique. Continuer dans cette voie, c’est s’assurer de pêcher demain dans des eaux vides de toute vie piscicole.

Nous invitons donc tous les pêcheurs à limiter leurs prélèvements, afin de ne pas décimer les populations présentes. S’il est concevable de conserver un poisson de belle taille de temps en temps, afin de le déguster frais en famille ou entre amis, l’attitude consistant à tout garder (parfois même en dessous de la maille) dans l’idée de " rentabiliser " sa carte de pêche n’est plus acceptable. Tout est affaire de modération : " puiser sans épuiser ".

Prenons un exemple simple : imaginons qu’au lieu de conserver 5 carnassiers, vous n’en gardiez que 2. Les 3 poissons remis à l’eau vont pouvoir continuer à grossir et à se reproduire. Si tous les pêcheurs pratiquent ainsi tous les ans, ce sont des milliers de géniteurs qui regagneront leur milieu et nous pourrons retrouver en quelques années des populations qui nous garantiront à la fois de nombreuses prises et des poissons de belle taille. N’est-ce pas là avant tout le plaisir de la pêche et le rêve de chacun d’entre nous ?

Il me paraît préférable de mettre en avant un prélèvement raisonnable et raisonné.

Cela relève de notre responsabilité individuelle et collective. C’est dans notre comportement quotidien de pêcheur que nous pouvons décider de notre avenir. Vous qui me lisez, il n’appartient qu’à vous de mettre ces principes en application dès demain, avec la satisfaction de voir repartir des poissons rendus à leur élément et l’assurance tranquille d’un comportement responsable.

LES QUOTAS DE PRISES et la préservation des cheptels


Dans la logique de ce qui précède, chacun peut et doit se fixer des quotas personnels, adaptés aux poissons recherchés et au milieu pratiqué.

Si le milieu est riche et favorable à une bonne reproduction naturelle et à un fort grossissement des poissons présents, et si les carnassiers y sont nombreux, le quota pourra être plus élevé. En revanche, dans les eaux pauvres et où les carnassiers sont rares, l’essentiel des prises devront être remises à l’eau, un quota d’un poisson par pêcheur étant alors souvent un maximum. Et s’obliger, au moins temporairement, à relâcher toutes ses prises sera parfois nécessaire pour sauvegarder les faibles populations présentes.

Attention aux effets trompeurs des ré-empoissonnements. Ceux-ci sont toujours aléatoires et très coûteux. Il nous semble que la pêche devrait être interdite pendant un laps de temps suffisant après l’empoissonnement et sur la zone concernée, afin de permettre aux nouveaux venus de s’acclimater au milieu et de se répartir sur une aire géographique suffisante. La pêche acharnée des zones de lâchers de truites de bassines dans les 3 semaines qui suivent, pour ensuite retrouver une rivière morte le reste de la saison est un gaspillage de l’argent des associations , donc de celui des pêcheurs. Par ailleurs, si votre groupe de pecheur ou amodiateurs a procédé à un alevinage, c’est (normalement) que la faiblesse des populations autochtones de carnassiers le nécessite. L’afflux soudain et artificiel de poissons ne doit pas vous faire oublier cette faiblesse du milieu, qui nécessite d’autant plus une limitation des prélèvements. On ne peut pas à la fois se plaindre qu’il n’y a plus de poissons, du prix de permis de pêche, et dans le même temps piller les tentatives de ré-empoissonnements !


LA QUESTION DES MAILLES, son intérêt et ses limites


au Maroc , certains poissons doivent faire l’objet de mesures spécifiques de protection, comportant notamment une taille minimale de capture, en dessous de laquelle le poisson doit être obligatoirement relâché, et appelée " maille ". C’est notamment le cas du brochet, du sandre du black bass. et des perches zébrées

La logique française de la taille minimale consiste à permettre à chacun des poissons de ces espèces de se reproduire au moins une fois avant d’être pris, ce qui est supposé garantir la pérennité des cheptels.

Pour le moins, force est de constater que cette mesure n’est actuellement plus suffisante.

Nous ne nous permettrons pas, ici et à ce stade, de préconiser des tailles spécifiques à chaque espèce. Celles-ci doivent faire l’objet d’une concertation à nouveau appuyée sur des études scientifiques. D’autant qu’à la logique française vient s’opposer d’autres logiques, comme celle appliquée en Irlande, qui vise au contraire à protéger les meilleurs reproducteurs adultes.

Quoiqu’il en soit, chacun peut ici aussi se fixer une maille personnelle supérieure à celle imposée par la réglementation. En effet, qu’y a-t-il à manger sur un brocheton de 50 cm ou un sandre de 40 cm ? A ces tailles, il s’agit à peine de jeunes adultes, tout juste aptes à se reproduire. Et chacun sait que les premières reproductions ne sont pas de bonne qualité et que la quantité d’œufs produits est directement liée au poids du géniteur. Relâcher un poisson " juste à la maille ", c’est donc aussi lui permettre de continuer à grossir et de se reproduire plusieurs fois.

Insistons sur un point pour être bien compris de tous : ces mesures portant sur les quotas ou les mailles n’ont jamais empêché les pêcheurs de pratiquer leur passion. Il est toujours possible de piquer et de combattre des poissons plus nombreux ou de tailles non réglementaires. Il s’agit simplement, une fois ces poissons pris, de les remettre à l’eau avec les précautions nécessaires, puis… de continuer à pêcher.

LES FRAYERES, indispensables à la reproduction


Chaque espèce de carnassier a son propre mode de reproduction. La femelle brochet pond ses œufs sur des herbiers dans des zones peu profondes, la perche plutôt sur des branchages, le sandre et le black bass construisent des nids sur des fonds propres ou caillouteux.

Les pollutions, les rivières canalisées, l’assèchement des zones humides, conduisent de plus en plus à la raréfaction des frayères naturelles qui permettaient de bonnes reproductions des carnassiers de
vos eaux. Le brochet, en particulier, est fortement touché car il ne se reproduit bien que dans des eaux peu profondes et herbeuses : bras morts, prairies inondées, marécages, des zones qui ont particulièrement souffert de l’activité de l’homme.

Toute protection des espèces piscicoles ne peut se concevoir qu’associée à des créations, aménagements ou réhabilitations de frayères, afin d’offrir aux carnassiers présents les meilleures conditions pour se reproduire.

Tout alevinage fait sans action sur les zones de frai et sans limitations des prélèvements est voué à l’échec et ne consiste qu’à gaspiller l’argent des pêcheurs pour satisfaire quelques viandards qui remplissent leurs congélateurs en quelques sorties.

En revanche, un ensemble cohérent de mesures, constitué d’aménagements de secteurs propices à une reproduction naturelle, puis de ré-empoissonnement massif réparti sur quelques années et assorti d’un quota de prises et d’une maille adaptés, permettraient d’espérer inverser la tendance et retrouver durablement des eaux poissonneuses, pour le plaisir de tous.
_________________
Vous aimez les Bass ? Laissez les s’aimer
Pour un avenir meilleur sur la péche en eau douce au Maroc
Revenir en haut
ICQ Skype
Publicité






MessagePosté le: 23/05/2010, 18:25    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Black Bass Maroc (BBM) Index du Forum -> Le monde de la pêche -> Le No-Kill au Maroc Toutes les heures sont au format GMT
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Retour en haut de la page

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Traduction par : phpBB-fr.com
Designed & images by Kooky